» Le Bois des Hêtres (http://leboisdeshetres.zeblog.com/)

Anibé

AnibéÉcolo énervée… Redécouvrir mère Nature et faire avancer le monde ?

Calendrier

« Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930 

Blog

Catégories

Derniers billets

Pages

Compteurs

Liens

Fils RSS

LE CONTREBANDIER, histoire ancienne…

Par Anibé :: vendredi 04 mai 2007 à 23:29 :: • Les petits plaisirs

Une histoire pour sourire… et bien sûr, réfléchir, comme toutes les histoires qui font sourire… (^o^)
J'ai trouvé ça dans mes périgrinations…

Gus van der Brugg (traduisez Dupont) allait chaque jour récolter de l'herbe pour ses lapins de l'autre côté de la frontière. Il repassait donc en fin d'après-midi avec, sur le cadre de son vélo, un énorme sac plein de pissenlit, de séneçon, et bien d'autres herbes choisies qui font le régal des lapins gastronomes.
Cela ne manquait pas d'intriguer fortement le douanier Peter Desmedt (traduisez Lefèvre) qui, immanquablement, sondait le sac, lorsqu'il ne forçait pas Gus à le vider entièrement.
Et, chaque fois, ledit sac ne contenait bien que de l'herbe.
– Dis-moi une fois Gus, elle n'est pas bonne l'herbe en France pour que tu te donnes le mal de venir la chercher en Belgique ? demandait souvent le Douanier.
– Tu sais Peter, les lapins c'est comme les gens qui préfèrent manger dans des restaurants chinois ou italiens, il y en a qui ont des goûts exotiques. Les miens ils préfèrent l'herbe belge.
Et ainsi pendant des années jusqu'à ce que, le douanier Desmedt ayant été admis à prendre sa retraite, il aille questionner van der Brugg :
– Ecoute Gus, maintenant je suis en retraite, je te promets de pas le répéter à mes collègues encore en activité, dis-moi ce que tu passes ainsi tous les jours avec ton herbe à lapins.
– Ben, des vélos, bien sûr.

De cette blague très ancienne, on trouve une version-source dans un recueil d'histoires que racontaient les maîtres soufis iraniens au treizième siècle. Là, ce sont des ânes que passe le contrebandier sous le nez du douanier, de même que dans de multiples versions "Nasreddine" du bassin méditerranéen.
Que voulaient faire comprendre les maîtres soufis à leurs disciples avec cette anecdote ? Que nous ne voyons pas la vérité "qui nous crève les yeux" obnubilés que nous sommes par le voile d'illusion qui les recouvre. Mais vous aviez compris, bien sûr…

Bon weekend et n'oubliez pas d'aller voter dimanche !

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :


Email (facultatif) :


Site Web (facultatif) :


Commentaire :


 
Le Bois des Hêtres - Blog créé avec ZeBlog